La première étape pour trouver un emploi en Australie est la rédaction d’un CV, « resume » en anglais. Indispensable si vous cherchez un job dans la vente ou la restauration, il sera par contre inutile si vous voulez faire du fruitpicking ou travailler dans une ferme. Mais attention il ne s’agira pas seulement de traduire votre CV en anglais car le resume australien est assez différent et comporte notamment des parties qui n’existent pas en France.

Les caractéristiques du CV Australien

La principale différence avec le CV français est sa longueur. En effet, si en France on aime la concision et les CV qui n’excèdent pas plus d’1 page voire 2 ; en Australie les employeurs souhaitent le plus d’informations possibles et apprécient donc les resume de 2 pages et plus. Ils peuvent parfois atteindre 6 ou 7 pages pour des emplois très qualifiés ! Plus l’emploi pour lequel vous postulez est qualifié, plus votre CV devra être long. Donc si vous cherchez un emploi de serveur, 1 page ou 2 devraient suffire. Si votre resume est long n’hésitez pas à numéroter les pages. Il va falloir apprendre à développer et à détailler. Mais attention, l’objectif n’est pas de faire du « blabla » et mieux vaut ne rédiger qu’une page d’informations pertinentes, qu’écrire des pages et des pages de texte sans intérêt pour votre recruteur.

Votre CV doit être aéré, agréable à lire et comporter des phrases et des paragraphes courts. Vous pouvez garder les titres (Work experience, education…) et faire ressortir certains  points essentiels en gras car certains employeurs font une première sélection en parcourant très rapidement l’ensemble des CV. Ne soyez pas trop fantaisiste : évitez les couleurs  et utilisez une police de caractère courante (Times, Arial, Verdana…). Enfin, soyez très vigilant sur la grammaire, l’orthographe, la ponctuation et les majuscules (beaucoup plus utilisées qu’en français) car même si l’anglais n’est pas votre langue maternelle, le recruteur ne laissera pas passer un resume avec des fautes !

Photo : VirtualWolf /flickr

Photo : VirtualWolf / flickr

Les différentes parties du CV australien

1 . Les données personnelles et informations de contact / contact details

  • Votre prénom puis votre nom (et pas l’inverse)
  • Adresse, numéro de téléphone et mail
  • Votre nationalité
  • Indiquez si vous possédez le permis de conduire
  • La photo : même si certains employeurs préfèrent les CV avec photo, en Australie la politique antidiscriminatoire sur le marché du travail est très forte et il est donc déconseillé de mettre une photo sur votre  CV sauf si on vous le demande
  • La date de naissance et l’âge : ils sont considérés comme des données personnelles ; afin de ne pas interférer dans le choix du candidat ces informations ne doivent pas apparaître
  • La situation familiale : encore dans une volonté antidiscriminatoire, le fait d’être marié, célibataire ou autre ne doit pas être mentionné sur le CV

2. Objectif professionnel / carrer objective

Vous devez décrire en 2 ou 3 phrases maximum votre projet professionnel et vos compétences. Cette partie placée en début de CV est très importante et doit montrer votre motivation. Elle fait en quelque sorte office d’introduction, d’accroche pour l’employeur.  Elle doit préciser le poste et  le secteur souhaité et les compétences que vous souhaitez mettre à profit.

3. Compétences / key skills

Cette section n’existe pas dans le CV français. Vous allez devoir énumérer vos compétences professionnelles, vos qualités et aptitudes personnelles ; en fait ce que vous allez pouvoir apporter à l’entreprise : vos compétences techniques, de management, de communication, humaines… Vous pouvez les organiser en plusieurs catégories : les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être. Les savoirs sont les connaissances que vous maitrisez. Par exemple pour un métier de barmaid, cela pourrait être la composition des différents cocktails ou la législation en vigueur dans le pays en matière de vente d’alcool. Les savoir-faire ou les capacités opérationnelles pourraient être : la promotion des produits, la gestion des  stocks ou la fidélisation de la clientèle. Et les savoir-être ou qualités personnelles seraient : résistance physique, sens du contact et discrétion. Vous devez évidemment adapter cette partie en fonction de l’offre d’emploi.

4. Expériences professionnelles / work experience

En Australie, les expériences professionnelles apparaissent sur le CV avant le parcours scolaire et les diplômes. Comme pour le CV français il faut classer vos différents emplois du plus récent au plus ancien.

Soyez précis sur vos expériences professionnelles passées. Si vous en avez peu, mentionnez les toutes mais vous pouvez les séparer en deux catégories : celles en lien avec le job pour lequel vous postulez (relevant work experience) et les autres (other work experience).  Vous en avez beaucoup, sélectionnez seulement celles qui sont en rapport avec l’emploi pour lequel vous postulez. Si vous avez seulement fait des petits jobs, appuyez sur les missions qui pourraient vous servir dans votre nouvel emploi. Vous n’avez pas encore d’expérience professionnelle, indiquez vos stages et vos projets scolaires.

Pour chaque expérience, inscrivez l’année et le durée ; le nom, le domaine et la localisation de l’entreprise ou de la structure ; le poste occupé ;  les tâches réalisées et vos responsabilités. Cette section doit être directe et riche en verbe d’actions.

5.  Diplômes et formations / education

Comme pour les expériences professionnelles, classez les diplômes et les formations des plus récents aux plus anciens. Précisez le nom de la formation, les dates, l’établissement et le lieu d’obtention. Vous pouvez indiquez vos notes (si elles sont bonnes) et vos mentions éventuelles. Attention aux équivalences :

  • CAP = Vocational training in …
  • Baccalauréat général = Senior Certificate of Education
  • Baccalauréat professionel = Vocational High School Diploma
  • Deug ou Bac + 2 = Two years Degree ou Advanced diploma
  • Bac + 3 ou + 4  = Bachelor’s degree
  • Bac + 5 = Master’s degree
  • Doctorat = PHD

Dans cette rubrique faites également apparaitre l’obtention d’autres diplômes et certificats tels que le RSA (Responsible Service of Alcohol), la White Card, le Working with Children Check…

6. Loisirs et centres d’intérêt / activities and interests

Listez vos activités extra-professionnelles comme vos loisirs, les sports que vous pratiquez, vos implications dans le monde associatif. Cette partie est plus importante qu’en France, elle permet au futur employeur de mieux cerner votre personnalité. Essayez d’appuyer sur des loisirs qui peuvent apporter un plus pour le job pour lequel vous postulez.

7. Réalisations spécifiques /special achievements

Cette partie qui n’existe pas non plus en France et est peut-être la plus difficile à rédiger. En fait, il s’agit d’énumérer des objectifs précis atteint dans vos précédentes expériences comme : augmenter les ventes ou la clientèle de 10 %, former X nouveaux employés, gérer la nouvelle répartition des tâches de votre équipe, organiser un événement promotionnel…

8. Références / referees

Encore un section qui n’existe pas en France, mais qui est assez importante en Australie. Dans la dernière partie de votre CV, vous devez mentionner le nom d’au moins 2 personnes qui pourront en quelque sorte vanter vos mérites et attester de votre sérieux. Il peut s’agir d’anciens professeurs, de tuteurs de stage, de vos précédents employeurs ou collègues, voire même d’un entraîneur de sport. Ajoutez les coordonnées de ces personnes afin que le recruteur puisse les contacter directement. Il est rare que ce dernier appelle à l’étranger mais il y a des grandes chances qu’il envoie un mail. N’indiquez que des personnes qui vous connaissent bien (mais pas des membres de votre famille !), qui sauront détailler vos compétences et qui maîtrisent l’anglais et n’oubliez pas de les prévenir.

Photo : Julie Walraven / flickr

Photo : Julie Walraven / flickr

Allez, au boulot ! 🙂